PERTE D’APPéTIT CHEZ LES PERSONNES âGéES : COMMENT BIEN RéAGIR ? LES CONSEILS D’UN EXPERT

Il est important de ne pas négliger la perte d'appétit chez une personne âgée. Afin de prévenir le risque de dénutrition, une consultation médicale s'impose. Les explications et conseils d'Aline Quenette, diététicienne-nutritionniste.

La perte d’appétit est un phénomène que l’on observe fréquemment chez les personnes âgées. “Cela fait aussi partie du vieillissement. Le métabolisme ralentit, la digestion se fait moins bien, on absorbe moins bien et les fonctions sensorielles sont également altérées”, explique la diététicienne. Cette situation n’est pas sans risque et peut conduire à une dénutrition.

Pourquoi les personnes âgées n'ont plus faim ?

Différents facteurs peuvent expliquer pourquoi les personnes âgées ont moins faim. “Cette perte d'appétit est notamment liée à la dégradation des sensations gustatives. L’amoindrissement de l’odorat et du goût fait que la nourriture peut être moins appétente”, observe Aline Quenette. Autre élément important, le contexte de vie et l'isolement. “Lorsque la personne se retrouve seule à table, elle perd l’envie de se faire à manger. On voit souvent des personnes âgées qui vont grignoter mais sans faire de vrais repas consistants”, explique la diététicienne.

Cette dernière précise que c’est souvent la prise de protéines, et notamment de viande, qui est principalement en diminution. Selon les recommandations, il est suffisant pour un adulte de manger une portion de protéines animales par jour. Mais les personnes âgées ont des besoins plus importants en protéines, deux apports quotidiens sont nécessaires.

Personne âgée qui ne mange plus : quand s’inquiéter ?

C’est essentiellement la perte de poids qui va déclencher le questionnement en raison du risque de dénutrition. Ce phénomène concerne 4 à 10% des personnes âgées autonomes qui vivent à domicile et jusqu’à 35% en EHPAD. La dénutrition répond à des critères bien précis : un IMC inférieur à 22, une perte de poids supérieure à 5% en un mois ou 10% en 6 mois par rapport au poids habituel, une réduction de la prise alimentaire de plus de 50%, une sarcopénie confirmée. “Plus une personne est dénutrie et moins elle a envie de manger. Le système digestif est plus difficile à mobiliser, ce qui affecte également l’appétit. C’est la spirale”, observe la diététicienne. C’est aussi pour cette raison que les personnes âgées vont réduire certains aliments ou en avoir moins envie, en raison des troubles digestifs qui peuvent potentiellement provoquer.

Que faire quand une personne âgée ne mange plus et comment stimuler l'appétit ?

Il est possible de mettre plusieurs choses en place pour stimuler l'appétit. La première est, lorsque c’est possible, de manger régulièrement avec la personne afin de redonner aux repas une certaine convivialité. On peut aussi apporter des plats plus appétants ou encore organiser un portage de repas. “L’objectif va aussi être de stimuler le goût, en ajoutant du sel, du sucre, des épices, des aromates pour relever les plats”, recommande Aline Quenette.

Une personne qui a du diabète ou une hypertension peut avoir adopté depuis plusieurs années un régime strict hyposodé ou hypoglucidique. “On sait aujourd’hui qu’à partir d’un certain âge ces régimes n’ont pas un impact énorme sur ces pathologies, entraînant en revanche une perte d'appétit. Mais la priorité à cet âge est de manger”, explique la diététicienne.

Manque d'appétit et diminution des apports de la personne âgée : les conseils de la diététicienne

Enrichir les plats

“Selon les besoins de la personne, l’objectif est d’augmenter les apports énergétiques et/ou protéiques mais sans augmenter le volume. On peut par exemple ajouter de la viande mixée ou un jaune d’oeuf à une purée pour la rendre plus riche, mais aussi intégrer aux plats de la crème, de l’huile, du gruyère, de la poudre de lait, du lait concentré”, recommande Aline Quenette. Les vermicelles ou encore le tapioca permettent également d’augmenter la densité des plats.

Fractionner les repas

Si on veut que la personne se remplume et qu’elle a des difficultés à prendre des repas complets, on peut fractionner en 4 ou 5 prises alimentaires. “Les petites quantités sont moins compliquées à prendre, plus facile à digérer et on peut compléter avec des collations le matin et l’après-midi (morceaux de pain, fromage, compote, crème dessert etc.”, conseille la diététicienne.

Les compléments nutritionnels oraux en cas de dénutrition

Enfin, lorsque la dénutrition est avérée, il est possible d’obtenir sur ordonnance en pharmacie des compléments nutritionnels oraux. Ils doivent être pris non pas en remplacement d’un repas, mais en compléments de ceux-ci. “Les petites bouteilles sont assez difficiles à boire et les personnes âgées s’en lassent rapidement. Il vaut mieux choisir d’autres formes : crèmes, biscuits, madeleines ou encore pain qui peuvent être pris au goûter ou en collation le matin”, conseille la diététicienne.

Perte d'appétit d’une personne âgée : qui consulter ?

Le médecin généraliste est l’interlocuteur privilégié et c’est lui qui pourra poser le diagnostic de dénutrition. Pour recevoir des conseils alimentaires et diététiques, on peut également s’orienter vers une diététicienne-nutritionniste.

Merci à Aline Quenette, diététicienne à Péronnas (Ain).

A lire aussi

IMC des personnes âgées : tout ce qu'il faut savoir, selon une diétiéticienne-nutritionniste

Dénutrition des personnes âgées : comment la prévenir ? Les conseils d'une gériatre

Dénutrition : les signes d’alerte à repérer chez les personnes âgées

2024-05-14T06:44:20Z dg43tfdfdgfd