"PAS BESOIN DE PERRUQUE" : POUR LES MALADES DU CANCER, LE CASQUE RéFRIGéRANT PERMET DE LIMITER LA CHUTE DES CHEVEUX

Pour lutter contre la perte de cheveux, l'un des effets secondaires de la chimiothérapie, les casques réfrigérants sont de plus en plus performants. Une étude, présentée au Congrès annuel du cancer à Chicago, montre que leur efficacité peut encore être améliorée.

"Docteur, est-ce que je vais perdre mes cheveux ?" Cette phrase, de nombreux médecins l'ont entendue dans la bouche de leurs patients atteints de cancer. La perte de cheveux, conséquence des effets secondaires de certains traitements comme les chimiothérapies, est une inquiétude fréquente des malades.

>>> Cancer : l'importance de la relation patient-médecin

Depuis longtemps, il existe des casques réfrigérants, de plus en plus performants, pour tenter d'éviter cela. Jenny Marx, avec ses longs cheveux blonds, est la preuve de l'efficacité de ce dispositif : il y a quatre ans, le médecin de cette Américaine lui a annoncé un cancer du sein et qu’elle allait devoir suivre une chimiothérapie. "J’étais très inquiète, même effrayée à l’idée de perdre mes cheveux. Evidemment, mon cancer était la première de mes inquiétudes, mais juste après, c’était de perdre mes cheveux", témoigne-t-elle.

Effet vasoconstricteur

Jenny Marx a pu bénéficier pendant ses séances de chimiothérapie d’un casque réfrigérant. Elle raconte : " Vous mettez d’abord ce casque bleu, dans lequel il y a un liquide réfrigérant, et puis ensuite ce bonnet qui est très serré. Elle sourit : J'ai l’air d’un joueur de football américain. C’est relié à une machine qui envoie du froid en permanence. Oh mon Dieu c’est très froid ! Mais on s’y fait et ça vaut le coup !"

Le froid (-5°C) a un effet vasoconstricteur, il resserre les vaisseaux sanguins, bloque la chimio au niveau du cuir chevelu et empêche en partie la chute des cheveux. "Cela a marché, je n’ai perdu que 50% de mes cheveux, insiste Jenny Marx. Cela ne se voyait presque pas, pas besoin de perruque. Je pouvais garder mon cancer secret, je l’ai dit seulement aux personnes à qui j’avais envie d’en parler."

"Cela m’a donné une sorte de contrôle sur une maladie dont, moi, je n’avais pas le contrôle."

Jenny Marx

à franceinfo

En France, de nombreux hôpitaux se servent déjà de ce genre de casque, commercialisé par plusieurs entreprises, mais qui ne fonctionne pas avec toutes les chimiothérapies. Une étude, présentée au Congrès du cancer de Chicago (lien en anglais), vient de montrer qu’à une température encore plus froide, entre -7,5°C et -10°C, ce casque réfrigérant est encore plus efficace contre la perte des cheveux.

2023-06-04T16:29:59Z dg43tfdfdgfd